Les traumatismes se transmettent de génération en génération - Sophrologue Rueil Malmaison
15823
post-template-default,single,single-post,postid-15823,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-16.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid

Les traumatismes se transmettent de génération en génération

Le vécu de nos ancêtres, a-t-il une influence sur nos vies ?

Les scientifiques essaient de répondre à cette question. 

Chez les animaux, dans un 1ertemps, une étude sur les souris a été menée à Zurich. Des jeunes souris ont été soumises à un stress intense en étant séparées très tôt de leur mère. Le résultat est qu’elles sont devenues dépressives ou avec un goût inconsidéré pour le risque. Ces mêmes souris ont eu des petits qui ont eux aussi eu les mêmes troubles alors qu’ils n’avaient pas été séparés de leur mère à la naissance.

Chez l’homme, une étude a été réalisée après la famine hollandaise de 1944. Ils ont découvert que les enfants des femmes enceintes pendant la famine étaient plus petits, avec une prédisposition anormale au diabète. Ce qui est plutôt normal. Mais les générations d’après ont aussi été touchées alors que leurs parents n’avaient pas souffert de privation de nourriture. Les conditions de vie de nos ancêtres, en plus de leurs gènes ont bien été transmises.

Ainsi on se rend compte que des mécanismes externes peuvent favoriser l’expression d’un gène ou, au contraire, le réprimer : c’est l’épigénétique.

Ces mécanismes sont probablement influencés par l’environnement (expositions aux pesticides), les comportements (alimentation, addictions…), mais aussi le bien-être psychique (stress, dépression, violence).